La magie des collants

Sublimissimes divas élégamment dévoilées par la minijupe, les gambettes paonnent avec maestria sous le feu des œillades enamourés qui les enveloppent. Leur mouvement le plus infinitésimal parvient à inspirer une infinitude de sensations et à évoquer un arc-en-ciel d’images que l’on se sent immanquablement étreint par leur sensualité. Divines ensorceleuses, le charme est joué !

En envoûtant avec une telle virtuosité, nous pouvons nous enorgueillir de posséder la science infuse. Quelle est-elle ? Chut ! Le secret de notre charme, nous n’allons tout de même pas le murmurer à n’importe qui. Mais comme entre séductrices, on partage tout, nous nous confierons donc tout bas ceux à qui nous devons ces superbes jambes : les collants.

Histoire des collants

Depuis le temps qu’il se dévoue pour sculpter nos gambettes, mesdemoiselles et mesdames, la moindre des choses serait de lui témoigner notre gratitude en mettant un point d’honneur à faire la connaissance de ses ancêtres.

Savons nous, par exemple, que son aîné se résumait à de simples bas raccordés à une culotte élastique ? Pas sûr que les modeuses que nous sommes aient succombé à leurs atours de l’époque.

Fort heureusement pour nous,  l’année 1959 engendra par  l’intermédiaire d’Allan Grant le premier vrai collant, tel que nous le connaissons aujourd’hui. Lorsqu’il s’est  paré de couleurs en 1964, nos gambettes ont commencé à véritablement s’amouracher de lui. Et il semblerait que la réciproque soit aussi valable puisque dans les années 70, consécration des jambes comme icône de la féminité, il ne les a plus quittées d’une semelle.

Aujourd’hui, toujours dans l’air du temps, le collant sait se magnifier pour mouler nos principales armes de séduction. Savamment glissé dans nos pantalons et nos jeans ou déployant leur fashion attitude avec la minijupe, il a su conquérir nos placards (et même nos hommes) jusqu’à se hisser au rang d’incontournable.

Types de collants

Toujours à l’affût de nos sensationnelles gambettes, les collants se mettent à leur diapason et deviennent, de ce fait, plus parfaits pour réinterpréter la féminité dans toute sa splendeur.

Versatile, conformément à notre image, il sait se réinventer pour ne point nous lasser : faussement ingénues dans un collant opaque, nos jambes miseront sur l’attrait de la discrétion pour une séduction explosive. Dans la même ligne d’idée, ceux en résilles les moulent dans une pudeur toute sensuelle.

Sans la sophistication des coutures, sa simplicité désarmera les plus compliquées d’entre nous pour qu’il suggère avec finesse les délicieuses courbes de nos jambes. Avec un gousset, ils offrent un confort optimal pour ne pas que nous nous dandinions de mal-être.

Un collant pour quoi faire ?

Pour l’esthétique

Dans le cocon très coquet des collants, nos jambes s’enveloppent avec une élégance incomparable. Notre chouchou possède, en effet, un doigté magistral pour nous sculpter des gambettes de rêve.

Il les affine, les galbe avec cette touche inimitable qui lui est inhérent : grâce à la magnificence de la silhouette qu’il confère à nos jambes, le collant  sait capter les regards. Noir et fusionné avec une tenue de la même couleur, il nous insufflera une allure majestueuse en nous faisant gagner quelques centimètres.

A contrario, nous pouvons jouer avec les aspects visuels en misant sur l’horizontal avec l’assemblage avec la jupe pour éviter l’effet grande perche. Précisons toutefois que le résultat n’est tout à fait admirable qu’amalgamé avec une minijupe. Mariage qui porte son maestria à son summum : il harmonise nos couleurs de haut en bas, unifie le teint de nos atouts (choisir un collant couleur chair plus ou moins opaque).

Pour se protéger du froid

Son alliance très réussie avec la mini n’exclut toutefois pas son port avec des pantalons ou des jeans. Dans ce cas, nous nous blottirons agréablement  dans la douceur de son nid pour échapper à la cruauté du froid.

Pour remodeler certaines parties de l’anatomie

Avec classe, le collant sculptera nos gambettes mais chérira aussi d’autres parties de notre corps pour mieux sublimer notre silhouette. Ainsi, il peut gainer un ventre pas très docile, doper la forme des fesses un peu ramollo, déclarer la guerre aux varices et/ou aux cellulites. Amies séductrices, nous tenons ici notre philtre !

Pour séduire tout simplement

Notre fameux credo n’a pas changé d’un iota : ensorceler encore et toujours. Et le collant, en se moulant très suggestivement sur nos jambes évoque mille et une images pas très sages. Inconsciemment, l’objet de nos pensées assimilera les doux effleurements du collant sur notre peau aux caresses qu’il brûle de nous prodiguer. Qui dit mieux en matière de sollicitation ?

Comment choisir son collant ?

Attention à ne pas se ruer aveuglément sur les collants sans chercher celui qui nous convient le mieux : la meilleure façon de rayer son nom du club très select des ensorceleuses.

Pour parfaire notre mise, le collant doit d’abord nous procurer confort. Trop petit, il est donc d’office radié de notre préférence car créant un espace entre l’entrejambe en tirant vers le bas, il oublie notre bien-être. A l’inverse, trop grand, il crée des plis au niveau des chevilles et des genoux. Une vue loin d’être glamour. Inutile donc de craquer sur un collant qui n’existe pas (plus) à notre taille.

En tant qu’incontournable de notre garde-robe, il doit de surcroît  satisfaire à certaines exigences particulières : côté couleur, s’harmoniser  avec finesse avec plusieurs tenues. Autrement, il ne sortira de nos placards que tous les trente-deux du mois. Et si l’originalité vient frapper à notre porte, le collant peut étancher notre désir mais attention toutefois à ne pas le choisir trop excentrique, sous peine qu’on confonde notre mise à un déguisement.

La sensualité avec laquelle il moule nos jambes pour en faire de provocantes séductrices hisse le collant comme un must have de la panoplie de la parfaite ensorceleuse. Quelle que soit la forme dans laquelle il se décline, même nous, tentatrices invétérées, nous laissons prendre dans notre propre jeu en nous laissant envoûter par lui.