Passons à la machine à broder !

Pour les passionnés de la broderie, un must pour s’adonner à leur activité favorite est la machine à broder. Cette dernière combine aujourd’hui le savoir-faire des artisans avec la rapidité d’une technique sans failles.

Ainsi, actuellement, nul besoin de se mettre martel en tête pour achever son œuvre, la machine à broder s’en charge sans toutefois ôter à ses utilisateurs le plaisir de se livrer à leur passion.

Historique de la machine à broder

1820 constitua une année qui consacra l’invention de la machine à broder : l’adoption de la technique du point plat impliqua la hausse de la demande. D’où l’invention de la machine à broder pour pouvoir assurer cette dernière et éviter ainsi la rupture de stock.

Ainsi, vers l’année 1828, un prototype a été crée par l’Alsacien Josua Heilmann mais il fallut venir au bout de nombreux essais pour qu’un modèle vraiment opérationnel ait été construit par la firme saint-galloise Rittmeyer. Cette dernière ouvrit alors une première fabrique comprenant douze machines qui assumaient chacune le travail de quarante brodeuses. Les broderies à la machine connurent d’abord un début mitigé puis un véritable succès.

La fin du XIXè S fut marquée par Isaak Gröbli de la brodeuse à navette dont la principale caractéristique était de posséder un moteur dont la capacité multipliait huit à dix fois la production. C’est ainsi que des firmes américaines commencèrent à se sont intéressées à la fabrication de la machine à broder et ont promu des fabriques de cent machines.

Après 1900, les performances indéniables des automates à broder (qui ne requerrait pas le service des hommes mais qui atteignait une productivité supérieure à celle des humains) ont fait de cette machine une concurrente sérieuse de la machine à broder. Mais la demande en forte croissance leur permit néanmoins de gagner toutes deux une place sur le marché.

Vers 1920-1921, l’évolution des goûts provoqua le deuil de la broderie : des milliers de travailleurs se retrouvèrent ainsi sans emploi tandis que les machines furent envoyées à la ferraille. Ce ne fut qu’après un déclin de plusieurs décennies que la broderie regagna du terrain. Il en découla la création de nouvelles machines à broder de plus en plus performantes. Le progrès atteignit alors crescendo ce type de machines pour donner naissance à une alliance très réussie de la technologie et du savoir-faire des artisans matérialisé par la nouvelle génération de machines à broder.

Le fonctionnement de la machine à broder actuelle

Bien loin est l’époque où il fallut posséder un véritable don pour se livrer à la broderie. Actuellement, ceux qui souhaitent s’adonner à cette activité pour le plaisir de créer quelque chose soi-même ont la possibilité de le faire grâce à la technologie de la machine à broder.

Aujourd’hui, en effet, l’informatique permet aux adeptes de la broderie de s’y livrer en toute facilité : en deux temps trois mouvements, on parvient à assumer la paternité d’un véritable chef d’œuvre. Première étape : avec l’ordinateur, on crée un motif qui lui plaît. Mieux encore : à partir de la bibliothèque fournie avec le logiciel, on puise son inspiration.

On possède encore une autre option qui est celle d’importer une image préexistante. Une fois cette première étape achevée, on charge le motif sur un support destiné à accueillir des fichiers et on glisse ce support dans le lecteur de la machine. Débute alors la seconde étape : sur l’écran digital de la machine à broder s’affichera l’arborescence des différents fichiers qui ont été enregistrés sur le support et, parmi eux, on effectuera son choix en le désignant du doigt.

Là commence alors la véritable tâche de la machine à broder. Mais au préalable, il faut veiller à enfiler le fil sur la machine, à installer le tissu tendu sous le pied de biche et de baisser celui-ci. Grâce à une simple pression du doigt sur l’écran, la machine se met en marche et la broderie s’effectue de manière automatique puisqu’elle est pilotée par l’ordinateur. A noter qu’il faut néanmoins être présent lorsqu’il faut changer la bobine de fil au moment des changements de couleur.

A la pointe de la technologie, la machine à broder actuelle intègre donc un ordinateur à son fonctionnement. Elles peuvent toutefois se passer des services celui-ci pour endosser le rôle de simples machines à coudre.

Les types de machine à broder

Les machines à broder actuellement disponibles sur le marché allient performance et efficacité. Leurs différences résident dans leurs options. C’est ainsi qu’un modèle se distingue par le fait qu’il est jusqu’à aujourd’hui la seule machine à broder portative mise en vente en Europe.

On pourra alors faire de la broderie où que l’on se trouve grâce à elle. Par ailleurs, ce même modèle effectue son travail par le biais de sept aiguilles spéciales perforant le tissu et amenant la matière sur l’envers. Il offre, en outre, la possibilité de se livrer à une infinité de création allant de la plus originale à la plus personnelle.

D’autres modèles proposent un port USB au lieu d’un lecteur de disquette. Ce qui accentue encore plus le côté très moderne de la machine à broder. En intégrant plusieurs ports USB, ils sont encore plus efficaces, par conséquent, plus performants.

Pour hisser la modernité à son summum, certains fabricants ont eu la bonne idée d’innover en créant une machine à broder capable d’effectuer son travail en trois dimensions (3D). Toujours dans la cour de la technologie, certains modèles ont recours au service du laser. Il en découle, entre autres, une optimisation de la qualité de la coupe en un temps relativement court ainsi qu’une possibilité de se livrer à la création de nouveaux types de broderies.